JE NE MEURS PAS J'ENTRE DANS LA VIE

Heureux les morts qui s'endorment dans le Seigneur ! Puis j'entendis une voix me dire, du ciel: "Ecris : Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur; dès maintenant - oui, dit l'Esprit - qu'ils se reposent de leurs fatigues, car leurs oeuvres les accompagnent." Apocalypse 14, 13

JE NE MEURS PAS J'ENTRE DANS LA VIE
Quand Thérèse de Lisieux disait cela, elle transformait une mentalité générale. En effet, une foule de bons pratiquants, entre eux disaient quand quelqu'un mourait : " ça y est, il est mort, nous ne le reverrons plus. C'est fini " Or justement c'est à ce moment-là que nous devons affirmer notre foi comme sainte Thérèse de Lisieux et non penser et parler comme tout le monde. Nous devons penser comme Jésus Christ qui nous dit :

" Celui qui croit en moi, a la vie éternelle " (Jean 6,47)
et
" Celui qui croit en Moi, vivra, fut-il mort " (Jean 11,25)

IL dit aussi " Quiconque vit et croit en Moi, ne mourra jamais " (Jean 11,26).
Nous devons savoir, nous chrétiens qui sommes membres vivants du Corps du Christ, que rendre le derni
er soupir, ce n'est pas mourir, mais entrer dans la Vraie Vie : celle du Christ Ressuscité. Si je meurs aux yeux du monde, j'entre dans la plénitude du Bonheur de Dieu.

Cependant ne nous faisons pas d'illusions, j'ai connu une foule de bons pratiquants engagés dans la paroisse, me dire " tu crois encore cela, toi petit imbécile. Tu sais depuis le temps que les gens meurent, il n'y a plus de place en paradis " Or le jour de la sépulture, le prêtre exaltera la foi du défunt !? Cependant les règles liturgiques pour les sépultures demandent d'éviter de parler du défunt. Nous ne sommes plus au temps des " éloges funèbres !"
Les funérailles doivent être une occasion de réveiller la foi des présents en la Résurrection. Le rôle essentiel du prêtre ou du laïc qui préside est d'évangéliser afin que tous prennent conscience que pour un chrétien, il n'y a pas de mort, mais de passage de la vie sur terre à la gloire des enfants de Dieu, donc entrée dans la plénitude de la vie en Dieu.

Le jour où je rends mon dernier soupir est mon "dernier jour " " la fin des temps " car je rentre dans la gloire de Dieu, c'est le jour où je ressuscite. La " fin des temps " n'est pas la fin du monde mais bien le jour où quittant cette terre, sur laquelle je laisse mon corps mortel, j'entre dans la gloire de Dieu avec mon corps spiritualisé.
" Mais Dieu est riche en miséricorde, à cause du grand amour, dont IL nous a aimés, alors que nous étions morts par la suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ. C'est par grâce que vous êtes sauvés. Avec LUI, IL nous a ressuscités et faits asseoir dans le Christ Jésus " (Ephésiens 2,4-6)

Dès lors que nous sommes membres vivants du Corps du Christ, donc de son Eglise, nous vivons dans son amour et dans l'amour des autres, nous participons à la vie même de Jésus Ressuscité.
Mais qui croit que Jésus est Vivant aujourd'hui ? Il est vrai que tous nous LE voyons crucifié sur nos croix et " bien mort " Or le Corps de Jésus n'est plus ni sur la croix, ni dans le tombeau depuis qu'IL est ressuscité. Alors pourquoi toujours LE représenter mort sur la croix. N'est ce pas une manière très habile de Satan de nous montrer que tout s'arrête à la mort ? Et que Dieu est bien mort pour toujours. Certes le Christ crucifié doit ma rappeler que toute personne vaut la Vie et le Sang de Jésus, mais il n'y a pas de plus belle preuve d'amour que celle-ci " donner sa vie pour ses amis " Il faut aussi manifester que Jésus est la Résurrection et la Vie et que " Celui qui croit en Moi, (Jésus) même s'il meurt, vivra " Jésus est Vivant, IL est ressuscité. IL n'est plus sur la croix, mais bien vivant en tous ceux qui croient en Lui et qui
Lui " ont ouvert toute grande la porte de leur cœur " (Apocalypse 3,20)

Pour celui qui a donné son cœur à Jésus, il n'y a plus de mort, mais passage de la vie sur cette terre, à la VIE dans la gloire du Ressuscité. " Je ne meurs pas, j'entre dans la Vie "

Vous allez me dire : " Et le purgatoire, qu'en faites-vous ?
Le pape Jean Paul II à l'audience générale du 4 août 1999, a donné un encouragement à ce sujet. Il dit :

" Ce terme, le purgatoire n'indique pas un lieu, mais une condition de vie. Ceux qui après la mort, vivent dans cet état de purification, sont déjà dans l'Amour du Christ qui les relève des restes de l'imperfection… Ceux qui se trouvent dans une situation de purification, sont liés aux bienheureux qui jouissent déjà pleinement de la Vie Eternelle, ainsi qu'à nous qui sommes en pèlerinage, en ce monde, vers la maison du Père "


N'ayons donc pas peur de vivre au monde, en témoin fidèle de l'Amour de Dieu : Père, Fils et Esprit Saint, qu'IL offre à chacun et à tous, pour que nous soyons prêts à répondre à son appel. Pour moi, le plus beau jour de ma vie, sera le jour où je quitte cette terre, donc le jour où l'on dira : " Il est mort, nous ne le verrons plus ! " Non, je ne serai pas mort, mais bien vivant dans le feu de l'Amour de Dieu et dans la joie des bienheureux. Je serai passé de la vie de cette terre, à la Vie même de Papa Bon Dieu. Je serai bienheureux !
Ainsi pour quelqu'un qui vit sa vie toute simple d'enfant de Dieu, comme Thérèse de Lisieux, il n'y a pas de mort, mais entrée joyeuse dans ce feu d'Amour, de Lumière, de Paix, de Joie, qui est Dieu Lui-même pour le Bonheur total de ses enfants. Là nous découvrirons ce que cela veut dire " Dieu est Amour ". Nous serons plongés et purifiés dans cet Amour. Alors avec les anges et tous les saints, car en Dieu, tous nous sommes sanctifiés, nous danserons de joie en rendant Gloire et louange à Dieu. N'ayons pas peur de passer de la vie de la terre, à la Vie dans la Gloire de Dieu, où tout est paix, Joie, Amour, plénitude de Vie et achèvement total de mon être. En attendant il n'est pas facile de sortir du " culte des morts ". En réalité, il n'y a pas de morts, mais des vivants qui vivent en plénitude leur vie d'enfants de Dieu et des damnés qui ont refusé, dans leur orgueil satanique, l'Amour Miséricorde de Dieu. Ceux-là seuls connaissent des douleurs sans fin. Ce n'est pas Dieu qui les condamne, mais c'est eux-mêmes qui ont choisi la haine de Dieu et de ses enfants. Ils se croient comme Satan au-dessus de Dieu.

N'oublions jamais que l'Amour de Dieu est sans limite, comme Jésus nous le rappelle sur la croix :

" Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font " (Luc 23,34)
Dieu ne regarde pas le nombre des péchés que nous faisons, mais IL retient tous nos petits gestes d'Amour, d'attention que nous faisons. IL va même jusqu'à nous dire " Tout ce que vous avez fait au plus petit d'entre mes frères, c'est à Moi que vous l'avez fait. " (Voir Matthieu 25, 21 jusqu'à la fin)

Le jugement dernier
Là, il n'est pas question de dévotions, ni même de prières, mais " Qu'as-tu fait pour moi ? " car tout le bien ou le mal, que tu fais aux autres, c'est à Moi que tu l'as fait "
N'ayons pas peur de paraître devant Dieu, car IL n'est qu'Amour, Pardon, Miséricorde !... Dieu ne punit pas : voir la parabole de
" l'enfant perdu et retrouvé " (Luc 15,11 à la fin) C'est chacun qui se punit, dès lors qu'il refuse l'amour-pardon de Dieu. Voilà pourquoi chacun peut dire : " Mon ciel commence sur la terre "
et avant de rejoindre ABBA " Je ne meurs pas, j'entre dans la Vie "
car beaucoup de nos gestes de pardon, d'amitié, de partage, d'oubli de soi, de don de soi, nous ouvrent toutes grandes les portes de la Vraie Vie, de la plénitude de l'Amour, en nous faisant participer, dès maintenant à la vie de Jésus Ressuscité. Alleluia, Amen !
Pierre Jarry, prêtre


accueil